«Moi, ce que j’aime, c’est les monstres» de Emil Ferris

September 11, 2018

éditions : Monsieur Toussaint Louverture

Sortie : 2018

Pages : 416

Pays : Etats-Unis

1er tome.

 

 

 

 

 

Résumé : 

«Chicago, fin des années 1960. Karen Reyes, dix ans, adore les fantômes, les vampires et autres morts-vivants. Elle s’imagine même être un loup-garou: plus facile, ici, d’être un monstre que d’être une femme. Le jour de la Saint-Valentin, sa voisine, la belle Anka Silverberg, se suicide d’une balle dans le cœur. Mais Karen n’y croit pas et décide d’élucider ce mystère. Elle va vite découvrir qu’entre le passé d’Anka dans l’Allemagne nazie, son propre quartier prêt à s’embraser et les secrets tapis dans l’ombre de son quotidien, les monstres, bons ou mauvais, sont des êtres comme les autres, ambigus, torturés et fascinants. »

 

Extrait : 

Site de l’éditeur : http://www.monsieurtoussaintlouverture.net/Livres/Emil_Ferris/Moicequejaimecestlesmonstres_Livreun_index.html

 

 

 

 

Avis : 

Tellement d’encre à couler concernant ce chef d’oeuvre (oui absolument) qu’il va être difficile d’être moins dithyrambique que les autres. 

La première chose qu’on aimerait faire quand on a terminé ce roman graphique, c’est le mettre entre toutes les mains, le poser devant tous les yeux de notre entourage. Sauf que le style graphique est si particulier, si incroyable, qu’il ne plaira pas à tout le monde. On accroche, ou on accroche pas, mais croyez-moi s’il vous happe vous ne pourrez plus le lâcher. Cela faisait très longtemps qu’un artiste m’avait attiré et plongé littéralement dans son univers. On navigue entre le journal intime, les films d’épouvante des années 30, l’intrigue policière, l’Allemagne nazie...

L’auteur nous parle de la différence, des minorités dans les grands moments de l’Histoire. Avec cette ambiance graphique, on s’attend à tout et c’est exactement pour ça que le livre est génial. L’ouverture qu’offre le scénario et la mise en page complètement folle participent véritablement à mettre le lecteur dans un moment de suspens...et à nous faire trépigner pour avoir le deuxième tome ! 

En moins d’un mois, Monsieur Toussaint Louverture s’est retrouvé en rupture de stock devant ainsi lancer une nouvelle impression. Ce livre est un vrai coup de pied dans nos habitudes visuelles et il est indispensable pour tous les amoureux de l’originalité graphique.
Petit détail non négligeable, Emil Ferris a dessiné et écrit ce livre en six ans, après avoir été en partie paralysée (notamment de la main). 48 refus d’éditeurs plus tard, «Moi, ce que j’aime, c’est les monstres» arrive enfin sous nos yeux de lecteurs. 

Il va être difficile de trouver un roman graphique à lire maintenant. 

 

 

 

Conseil de lecture : 

A lire sur un banc sous un lampadaire un soir d’Halloween quand le soleil se couche, avec un verre de vin rouge et un petit plateau de fromages sous le coude. N’hésitez pas à vous farder de maquillage blanc, de noircir le contour de vos yeux et de tester les canines allongées pour l’occasion. 

Un vampire qui mange du fromage en lisant «Moi, ce que j’aime, c’est les monstres» aurait pas mal d’allure.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Google+ Icon
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now